L’île de La Réunion – Conseil

L'île de La Réunion

Le Département est plus tranquille que la métropole : le grand banditisme est inexistant, la violence urbaine assez faible.

Le fait divers typique est certainement le drame familial à base d’alcoolisme.

Le volcan entre de temps en temps en éruption. Pas d’inquiétude : les coulées de lave sont de type liquide, lentes, et elles passent toujours dans le sud-est de l’île, peu habité. Les alertes sont efficaces et les forces de l’ordre bloquent les routes coupées par la lave.

En cas de cyclone, conformez-vous aux instructions délivrées par la radio et demandez aux « zabitants » qui ont l’habitude.

La Réunion est aussi bien équipée que n’importe quel département français : des hôpitaux, des cliniques, des médecins, …

Il n’y a plus de paludisme depuis des décennies ni aucune maladies que l’on peut retrouver sous les tropiques; les traditionnelles vaccinations avant de prendre le départ sont donc inutiles.

Attention aux coups de soleil qui vous guettent pendant votre premier jour, et surtout lors de la marche pour voir le volcan (il fait froid donc pas de sensation de brûlure et en plus les radiations sont plus intenses vu l’altitude) ! Une seule solution : la crème solaire à fort indice.

Il n’y a aucun animal terrestre dangereux (à part les moustiques, les scolopendres, et quelques guêpes) ; mais dans l’eau certains poissons (rares) peuvent être urticants : lisez bien les panneaux d’information à l’entrée des plages.

Quelques précautions à prendre : éviter de boire l’eau du robinet dans les grandes villes, être à jour ses vaccinations  » universelles « , méfiez-vous de quelques poissons dont la consommation peut entraîner des troubles parfois graves, toujours désagréables.

Le Chikungunya : de plus en plus virulent.

Transmis par un petit moustique urbain aux pattes zébrées, l’Aedes albopictus, le Chikungunya se caractérise par des symptômes qui ressemblent à la grippe :  4 à 7 jours après la piqûre de moustique infectante, une fièvre élevée apparaît brutalement, ainsi que d’importantes douleurs articulaires et musculaires aux extrémités des membres (poignets, chevilles, phalanges), des céphalées et, parfois, une éruption cutanée.

Pour s’en protéger, il faut éloigner les moustiques. Donc,  vêtements longs,  moustiquaires et répulsifs anti-moustiques : spray, crèmes, diffuseurs électriques, serpentins… Éviter  les nids à moustiques comme les eaux stagnantes  et les déchets urbains.

Le remède : repos et prise d’anti-inflammatoires. La convalescence est longue, avec une fatigue intense et des difficultés de concentration.

Conseils particuliers

Il est dit qu’il y a beaucoup de voitures sur l’île, et c’est vrai. Le réseau routier est saturé à certaines heures mais pour les touristes, il suffit d’en tenir compte et de se déplacer dans le bon sens au bon moment.

La route nationale qui fait le tour de l’île est souvent en 2 fois 2 voies.

Les locations de voitures peuvent se faire sur place ou par Internet.

Enfin, des réseaux importants de bus et de taxis collectifs sillonnent l’île dans tous les sens. Les Bus Jaunes , mise en place par Le Département de La Réunion , sont appelés « Car Jaune »

Cuisine et boissons

La cuisine réunionnaise est un mélange d’influences françaises, chinoises, indiennes, …

Le plat typique est le cari : une viande (ou un poisson) cuite en sauce avec un accompagnement de riz blanc et de « grains » (des haricots rouges, des lentilles ou des pois du Cap). Le petit pot que vous apporte le serveur du restaurant contient du « rougail », une sauce à base de piment.

Le « rougail saucisse » est très répandu également, c’est une sorte de cari de saucisse fumée.

En dessert on peut vous servir des pâtisseries réunionnaises à base de patates douces : si vous avez l’estomac sensible demandez plutôt une salade de fruits locaux !

Pour le repas de midi, le moins cher consiste à acheter un cari à emporter dans une barquette : de 4 à 6 euros.

Quelques grandes enseignes sont présentes : Mac Donald’s, Quick, Les Trois Brasseurs, …

Restaurants « haut de gamme » :

le Labourdonnais, à Saint-Denis le restaurant de l’hotel Saint-Alexis, à Boucan Canot l’hémisphère sud, à L’Aéroport International Rolland Garros à Gillot, Sainte-Marie. et bien d’autres à découvrir…

Boissons 

Une grande variété de bières d’importation. Les plus connues :  la  Bourbon et la Fischer.

N’oubliez pas de goûter au café-vanille.

Le rhum. Le rhum jeune (4 mois) : léger en apparence mais redoutable…

Un rhum peut être  » arrangé  » avec n’importe quoi : ananas, vanille, litchis, herbes, combavas, etc. Tous les fruits tropicaux de la Réunion servent à faire des punchs.

Hébergement

En périodes touristiques, Il est préférable de réserver surtout août, septembre, novembre et décembre qui sont les mois les plus touristiques. Réserver depuis la métropole.

Le camping Un seul camping municipal, celui de l’Etang-Salé, des aires de camping à Mafate et un camping à la ferme à Hell-Bourg.

Les gîtes de montagne, tous situés sur les parcours de randonnée. Quelques-uns dans le cirque de Mafate. Ils servent des repas chauds le soir. Confort minimum, mais draps et couvertures fournis. Ouverts toute l’année, 24 h/24. Réservation impérative, auprès de la Maison de la Montagne ou des syndicats d’initiative.

Les gîtes d’étape : Comme les gîtes de montagne, ils sont situés à proximité des sentiers de randonnée. Du meilleur au pire, en fonction des propriétaires. Certains sont labellisés Gîtes de France.

Les gîtes ruraux : 120 Labellisés par les Gîtes de France, c’est une maison indépendante située à proximité de l’habitation du propriétaire. A partir de deux chambres, situé en milieu rural, pour des familles en séjours d’une semaine.

Les chambres d’hôtes : La meilleure solution, elles sont nombreuses. Prix avantageux, elles offrent presque toutes des tables d’hôtes. Certaines sont bien équipées (douche privée) et la plupart sont propres.

Les fermes-auberges :  Restauration chez l’agriculteur, jusqu’à  80 personnes.

Les auberges de campagne :  neuf sur l’île.

Les locations saisonnières et les meublés de tourisme : Des appartements, maisons meublées, bungalows, chambres, loués en général à la semaine. Un peu froid, sans trop de contact avec les gens de là-bas.

Les hôtels : Sur la côte, dans les villes, tous les prix, trop chers dans les stations balnéaires.

Pour les achats du quotidien,il faut savoir que les magasins sont ouverts de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h30. Les grandes surfaces ouvrent en continu de 9h00 à 20h00 (sauf le lundi matin, mais elles sont généralement ouvertes le dimanche matin).

Pour les achats d’objets traditionnels de la zone océan indien, il faut aller sur les marchés forains ou les marchés couverts. Il existe aussi des boutiques.

Pour les fruits et légumes, outre le bord des routes, il y a les marchés dits forains avec les bazardiers. On y trouve tous les délices, en fonction des saisons. Le plus réputé est celui de Saint-Paul les vendredi matin et après midi ainsi que samedi matin.

Voici quelques idées de cadeaux à ramener :

un tee-shirt : il existe de nombreuses marques locales des épices : massalé, cumin, … un disque de musique locale un livre ou DVD présentant la dernière éruption du Volcan des fruits locaux : litchis (en décembre), longanis (en janvier), mangues, ananas, pitayas, …