Devil’s Pool : la dangereuse piscine naturelle des chutes Victoria

Il y a quelques années, j’ai vu sur Internet une vidéo de personnes posant au bord de ce qui ressemblait à une très haute chute d’eau et je l’ai immédiatement ajoutée à ma liste d’endroits où je dois me rendre un jour. Je l’ai écrit dans mon esprit : Devil’s Pool aux chutes Victoria, mais inconsciemment, je l’ai classé dans la catégorie des “endroits presque impossibles”… à cause de l’éloignement, du coût et de l’improbabilité d’aller un jour dans ce coin du monde.

Mais comme rien n’est impossible et que je suis un peu folle, plus tôt que prévu, les premiers jours de juillet de l’année dernière, mon mari et moi nous sommes déjà lancés dans notre aventure de 3 mois en Afrique australe, et bien sûr, Devil’s Pool était sur la liste des lieux à visiter.

Peut-être, peut-être pas.

Inclure ce site dans l’itinéraire n’a pas été facile, car il peut généralement être visité d’août à janvier, mais il n’y a pas de dates exactes, car tout dépend du niveau d’eau du fleuve Zambèze.

À l’approche de notre date d’arrivée à Livingstone en Zambie (le site où se trouve Devil’s Pool), le site web de Devil’s Pool indiquait encore que la piscine était fermée. Déplacer les dates de notre itinéraire n’était pas une option, car nous aurions à modifier d’autres hébergements et activités réservés. Alors, à mon grand regret, j’ai progressivement eu l’idée que même si nous étions au coin de la rue, nous ne pourrions peut-être pas le visiter.

Quelques jours avant mon arrivée en Zambie, je suis retourné sur le site et j’ai été surpris de trouver une annonce qui disait : Devil’s Pool ouvrira le 8 août, nous arriverons à Livingstone le 9 ! Sans y penser, j’ai réservé deux places pour la première tournée le 10 août, car les places sont très limitées. J’ai immédiatement reçu une confirmation par e-mail et ma joie a commencé à se mêler à l’excitation et à la peur. J’ai annoncé la nouvelle à mon mari et j’ai aussi vu dans son visage une combinaison de bonheur et de nervosité.

Pourquoi “la piscine du diable” ?

Devil’s Pool est une piscine naturelle qui se trouve juste au bord des incroyables chutes Victoria, du côté zambien, à côté d’un gouffre de plus de 100 mètres de haut. Elle est célèbre auprès des voyageurs en quête d’adrénaline, car elle permet de vivre avec tous ses sens ces chutes d’eau africaines emblématiques.

Bien que ce soit un site entièrement naturel et que sa visite soit potentiellement très dangereuse, Devil’s Pool fait en fait partie d’un complexe de luxe appelé Tongabezi, l’un des meilleurs hôtels du monde, et la seule façon de le connaître est de participer à ses visites guidées. Les guides ont des années d’expérience et sont fiers d’avoir un dossier de sécurité parfait. En saison, il n’y a que cinq départs par jour et les groupes sont très petits.

Tongabezi Lodge : le luxe au-dessus des chutes

Le jour tant attendu était arrivé. À 6h30, un chauffeur rencontré la veille est venu nous chercher à l’hôtel et nous a emmenés à l’hôtel Tongabezi. En chemin, nous avons vu deux belles girafes, deux éléphants traverser la rue et quelques zèbres sur le chemin de la station. Ces rencontres imprévues avec les animaux sont ce que j’aime le plus, parce que quand j’étais enfant, j’imaginais l’Afrique comme ça, avec des animaux partout.

Lorsque nous sommes arrivés à Tongabezi, nous avons indiqué à la réception que nous venions faire le tour de la piscine du diable et nous avons été dirigés vers les jardins, où se trouvaient deux messieurs debout devant un bureau. Ils nous ont demandé nos noms, nous ont demandé si nous étions de bons nageurs, nous ont fait signer une décharge de responsabilité, nous ont fait payer 100 USD par personne (en liquide, car ils ont refusé d’apporter le distributeur de cartes) et nous ont dit d’attendre un peu. Une fois que les 12 personnes de la tournée de 7h30 étaient là, elles nous ont divisés en deux groupes.

Quelques minutes plus tard, on nous a demandé de monter sur un petit bateau qui nous conduirait à l’île de Livingstone, une portion de terre située au sommet des chutes. Après un court mais très pittoresque trajet, nous sommes arrivés sur l’île et avons commencé à marcher dans la végétation, où nous avons trouvé l’autre groupe de six personnes. Plus tôt que prévu, nous sommes arrivés à une tente avec des chaises de safari où il y avait des serviettes, le personnel du lodge et les guides de l’activité.

Les guides se sont présentés et nous ont fait un exposé sur la sécurité dans lequel ils ont dit quelque chose que nous ne voulions pas entendre ; ils ont dit que comme nous n’étions qu’au début de la saison, l’eau de la rivière était encore haute et avec de forts courants, donc si nous n’avions pas confiance à 100% dans nos capacités de nageur, il valait mieux ne pas faire l’activité et attendre sur l’île. Ils ont également déclaré qu’il était nécessaire de comprendre parfaitement l’anglais, car il est essentiel de pouvoir comprendre leurs instructions à tout moment. Une fille a immédiatement décidé de rester. Le reste des gens a commencé à s’énerver et à poser des questions, et les guides ont répondu que l’activité était sans danger, mais qu’en raison des conditions, elle n’était adaptée qu’aux excellents nageurs. Mon mari et moi avons regardé autour de nous avec les yeux grands ouverts ; en fait, ni lui ni moi ne sommes d’excellents nageurs. Mais bien sûr, lorsque le moment est venu de nous demander si nous étions sûrs d’y aller ou non, nous avons dit oui en toute confiance, mais à l’intérieur, nous étions remplis de doutes sur la difficulté, la fatigue et le danger que cela représenterait.

Les guides nous ont demandé de bien vouloir changer de vêtements, de laisser tous nos objets de valeur sur place et de ne rien emporter. Ils ont également demandé que si nous voulions prendre des photos, nous leur donnions nos téléphones portables avec des étuis étanches ou de petits appareils photo étanches (ils n’acceptent pas les appareils photo DSLR en raison de leur taille et parce qu’ils peuvent être endommagés pendant la tournée). Nous avions essayé d’acheter un étui étanche pour mon téléphone portable au Zimbabwe pendant plusieurs jours, mais en vain. Nous avons donc apporté un étui de fortune fait d’un sac Ziploc avec un petit trou pour la lentille et scotché dessus. Nous avons tous donné nos téléphones portables et nos appareils photo au guide, qui les a rassemblés dans un épais sac imperméable. Une minute plus tard, l’aventure commençait.

Oser se rendre à Devil’s Pool

Nous avons commencé à marcher avec un guide devant nous. Les deux autres sont partis par un autre chemin, tout près du bord de la cascade. En une minute, nous avons atteint l’eau ; c’était impressionnant d’être au sommet d’une chute d’eau de cette taille. J’ai également apprécié le fait qu’il n’y ait aucune construction ou modification de l’environnement ; tout est complètement naturel.

Pendant plusieurs minutes, nous avons tous marché en rang sur les rochers, parallèlement au bord de la cascade. Les personnes sans chaussures d’eau ont un peu souffert avec des rochers glissants et autres rochers pointus. Soudain, le guide s’est arrêté et a crié à haute voix : “c’est l’un des trois premiers tronçons qu’il faut faire pour aller à la piscine ; nagez jusqu’à ce rocher là-bas”, et comme le rocher n’était pas visible parce qu’il était submergé, il l’a pointé du doigt en lançant une petite pierre. L’eau était froide ; c’était l’hiver et l’eau et l’air étaient très froids, et le soleil était encore trop faible pour nous réchauffer. Un par un, nous avons tous nagé en ligne et nous nous sommes difficilement tenus sur le bon rocher, car il n’y avait pas beaucoup plus de place et le courant nous poussait toujours vers la cascade.

Nous avons continué à marcher sur quelques autres rochers et soudain le guide s’est arrêté et s’est mis à crier quelque chose que je n’oublierai jamais : “C’est la deuxième partie que vous devez nager, c’est la plus difficile ; il y a un courant au milieu qui vous poussera au bord de l’abîme, donc vous devez nager de toutes vos forces dans la direction opposée et éviter de paniquer ; si vous paniquez, vous aurez des ennuis ; restez calme et après quelques mètres vous verrez que l’eau ne vous poussera pas au bord avec une telle force ; l’objectif est d’atteindre ce rocher” et il a indiqué un rocher au loin.

Pour moi, ce petit bout de chemin était presque aussi excitant que la piscine elle-même ; quand mon tour est venu, j’ai fait le grand saut et après être allé en ligne droite, j’ai senti l’eau me pousser avec une grande force vers la chute d’eau, ce qui signifiait une mort certaine. L’eau m’a traîné sur plusieurs mètres et l’abîme était plus proche que je ne le voulais. Heureusement, je n’ai pas paniqué, car c’est exactement ce que le guide m’avait dit qu’il se passerait, et j’ai continué à nager en ligne droite en essayant de ne penser à rien. Finalement, j’ai senti que j’avais traversé le courant et que je m’éloignais progressivement de l’abîme et que le rocher que nous devions atteindre se rapprochait de plus en plus. Les touristes qui étaient déjà arrivés m’ont aidée à escalader le rocher, puis ils ont aidé mon mari qui arrivait tout près et nous avons donc continué à le faire jusqu’à ce qu’ils arrivent tous. Les deux derniers touristes sont arrivés trop nerveusement et ils se sont retrouvés sur un autre rocher, alors entre les autres touristes et le guide, ils ont été amenés au bon endroit. Nous avons de nouveau traversé des rochers et avons dû nager la dernière partie, qui après la précédente me semblait assez facile.

Quand le nom “Devil’s Pool” prend tout son sens

Après toute cette audace à laquelle nous ne nous attendions pas, nous sommes finalement arrivés dans une zone rocheuse et nous l’avons vue. Il y avait la célèbre Devil’s Pool que j’avais vue sur Internet il y a des années. Les deux autres guides nous attendaient, debout au bord de la cascade sans aucune protection ni crainte. La piscine était plus belle que je ne l’imaginais et son courant était beaucoup plus fort que ce que j’avais vu sur Internet. La brume des chutes d’eau était si forte qu’on aurait dit qu’il pleuvait au soleil. Un magnifique arc-en-ciel décorait donc parfaitement le fond de la piscine. Une fois de plus, j’ai été agréablement surpris de constater qu’il n’y avait ni harnais, ni échelle, ni rampe et absolument rien d’artificiel dans la piscine.

Peu à peu, chaque touriste, couple ou famille a eu la possibilité de monter, de nager et de laisser un guide prendre des photos et des vidéos à la piscine du diable. Les autres ont attendu dehors que tout le monde profite de l’expérience. Pendant la saison sèche, on peut plonger, mais comme le courant était encore très fort, nous avons dû nous y mettre petit à petit en descendant les rochers. Quand notre tour est venu, mon mari et moi avons descendu les rochers et immédiatement l’eau nous a repoussés dans l’abîme. Nous ne pouvions pas toucher le fond, nous ne pouvions donc nous arrêter qu’à la petite paroi rocheuse qui nous empêchait de tomber de 100 mètres. Le guide était assis sur le bord et nous disait comment nous déplacer de la manière la plus sûre.

Après quelques minutes de présence, un peu tendue, pour éviter que la pression de l’eau ne nous pousse trop, le guide nous a dit que nous pouvions voir les chutes d’eau de face, en tournant le dos à la cascade. Avec peur, nous nous sommes retournés et avons profité de la vue d’en haut. C’était un frisson imbattable de voir la hauteur impressionnante à laquelle nous nous trouvions et de sentir la force de l’eau nous pousser en même temps. En admirant les chutes d’eau, la rivière en aval et l’arc-en-ciel, j’étais très heureux d’avoir réussi à réaliser mon rêve et d’avoir surmonté les craintes et l’audace que cela impliquait.

Quand on nous a demandé de quitter la piscine, nous avons nagé à contre-courant jusqu’à des rochers qui permettent de sortir avec une certaine facilité. D’autres touristes nous ont aidés en nous serrant la main, car il est effrayant de se tenir si près du bord de la cascade. Nous nous sommes assis pour attendre que le reste du groupe fasse trempette et après environ une demi-heure, nous avons repris le chemin du retour, en traversant à nouveau les zones de courant et de rochers pointus. Une chose que j’ai aimée, c’est qu’à ce stade de la tournée, notre groupe agissait déjà comme une équipe. Plusieurs fois, pour traverser les rochers, nous avons dû nous tenir la main pour que personne ne tombe ; nous avons également dû nous aider à nous ancrer aux rochers après les tronçons où nous devions nager, et nous avons dû nous encourager mutuellement lorsque des rochers glissants rendaient la marche difficile.

Une fois sur l’île, nous nous séchons et nous changeons de vêtements. Les guides nous ont donné nos téléphones portables remplis de photos et de vidéos, nous leur avons donné un pourboire et ils nous ont dit au revoir. Le personnel de l’auberge nous a invités à nous rendre dans une autre tente pour le petit déjeuner, car notre visite comprenait le petit déjeuner. Ils nous ont donné de beaux œufs bénédictins, du pain, du jus, du café et du thé. Le petit déjeuner a été très agréable car tous ceux qui ont participé à la visite ont pu discuter. Il y avait un couple d’Australie, un couple des États-Unis, une famille d’Allemagne, un garçon d’Inde, un garçon de Chine, la fille de Chine qui a décidé de rester et mon mari et moi. Nous avons parlé de l’extrême de l’expérience, de la force du courant, du danger de toute la situation et nous avons ri parce qu’en plus de tout cela, nous devions payer pour cela.

Sans aucun doute, la visite de Devil’s Pool a été l’une des plus grandes et des meilleures aventures que j’ai vécues dans ma vie. Si votre liste de choses à faire contient une expérience particulière, concentrez-vous sur la réalisation, économisez chaque fois que vous le pouvez et faites beaucoup de recherches, et vous pourrez sûrement le faire plus tôt que vous ne l’imaginez.