Un voyage dans les “secrets” du Vatican

Le Vatican, le plus petit pays souverain du monde, est également un lieu important en Italie. La ville aux sept collines ou la ville éternelle a avec une histoire accumulée au cours de chaque siècle et millénaire. Le but de ce récit est de révéler les raisons pour lesquelles le Vatican doit figurer dans l’agenda du voyageur. La Basilique Saint-Pierre, les colonnes du Bernin, le Musée du Vatican et la spectaculaire Chapelle Sixtine sont des lieux historiques à découvrir.

Voyage à la découverte des secrets du Vatican

La Cité du Vatican est bien plus que ce que l’on voit lorsque le pèlerin marche le long de la Via della Conciliazione et se laisse embrasser par les colonnes du Bernin. La basilique Saint-Pierre, sur la colline du Vatican qui donne son nom à la cité-État, se dresse majestueusement sous les yeux.

Le grand obélisque central, la colonne elle-même et le grand dôme qui conclut la fête de Saint-Pierre se distinguent bientôt. En fait, depuis le dôme, on a une vue imprenable sur la ville de Rome. Derrière la basilique, se trouvent les jardins du Vatican. Cet endroit est réservé au principal habitant de la ville.

Toujours sur la place, un peu à droite, on peut sentir la fenêtre des appartements papaux. Le 266e successeur de Pierre, le pape François, ne l’utilise que pour prier l’Angélus du dimanche. La résidence papale se trouve à Sainte-Marthe avec des prêtres et des laïcs qui font la vie de la communauté.

Entre le dôme et la fenêtre par laquelle le pape regarde à l’extérieur, on distingue timidement le coup de cheminée qui annonce par sa fumée blanche l’avènement d’un nouveau successeur de Pierre pour diriger les pas de l’Eglise. Mais pour accéder à la Chapelle Sixtine il faut passer par le Musée du Vatican. L’entrée est également sur la droite, et il est conseillé d’y aller tôt pour éviter les interminables files d’attente de touristes en visite tous les jours.

Le reste de l’État du Vatican est en dehors de la place Saint-Pierre. Pour le visiter, il faut se rendre au sud-est, au lac Albano, dans la municipalité de Castel Gandolfo.

Le Vatican a beaucoup à faire et à expérimenter. On peut seulement dire qu’il est le joyau de l’art baroque et de la Renaissance, et que le Bernin et Michel-Ange, entre autres génies, ont participé à sa construction.

La Place Saint-Pierre, secrets du Vatican

Outre l’obélisque, qui a été rapporté d’Égypte, trois éléments architecturaux de grande valeur sont visibles sur la place Saint-Pierre : la colonnade, le dôme et la façade.

La colonnade est l’œuvre de l’architecte Gian Lorenzo Bernin. L’idée du génie était de créer la sensation que l’Église Mère embrasse les pèlerins qui viennent à elle. Bien que le travail ne soit pas terminé. Il manque un troisième bras qui devrait fermer la place sous arcades par le chemin de la conciliation, mais la mort du pape Alexandre VII a empêché l’achèvement. Bien qu’il s’agisse d’une “frontière”, les colonnes permettent d’entrer et de sortir de l’État sans aucune difficulté, une autre idée que l’architecte a concrétisée.

Au total, les armes sont composées de 284 colonnes et de 88 pilastres. Au-dessus d’eux, 140 figures de trois mètres représentant des saints et des Pères de l’Eglise sont visibles par les pèlerins.

La façade de la basilique Saint-Pierre est l’œuvre de Carlo Maderno et précède les colonnes. Sur ses balcons, le nouveau pape apparaît et est présenté au peuple, après la dissolution du conclave. La façade est surmontée d’une figure de Jésus-Christ et de six apôtres de chaque côté, chacun d’eux mesurant 6 mètres de long.

Au sommet de l’église la plus importante du monde se trouve le dôme de Michel-Ange qu’il n’a jamais été achevé. Le travail de finition a été délégué à l’un de ses disciples, qui a suivi le plan initial. Il n’est pas possible de monter au sommet, à 132 mètres, mais il est possible de passer par les couloirs extérieurs qui entourent les 45 mètres de diamètre. Un complément pour une visite impressionnante qui commence lorsque l’on entre dans San Pedro.

La basilique Saint-Pierre parmi les secrets du Vatican

Tout au long des 150 ans qu’a duré la construction de la nouvelle basilique Saint-Pierre, en remplacement de l’ancien temple, le projet a changé plusieurs fois au fur et à mesure que les architectes avançaient. Finalement, c’est Michel-Ange Buonarroti qui a sauvé le projet initial de Rafael Sanzio et a presque terminé les travaux.

La raison pour laquelle l’église a établi son siège sur cette montagne n’est autre que d’être le lieu de repos des restes du premier pape, Saint Pierre. Bien qu’il ait été martyrisé dans le cirque de Caligula, où l’obélisque de la place lui rendit hommage. Une fois les derniers travaux terminés, l’obélisque a été déplacé sur la place, où il a été mis en évidence par les vestiges qui sont conservés sous l’autel de la basilique.

À l’intérieur de l’impressionnante église, il y a de la place pour 20 000 personnes. Presque autant que le nombre d’évêques qui ont assisté aux différentes sessions du Concile Œcuménique Vatican II, tenues à l’intérieur du temple.

Des trois navires, celui du centre est le plus haut avec 45 mètres. Dans la nef droite, dans une chapelle située près de l’entrée, se trouve une des œuvres d’art de la Renaissance, la Pietà de Michel-Ange. Cette œuvre historique existe en deux autres exemplaires. Au centre, sous le dôme, le baldaquin de Maderno conserve les restes de Saint-Pierre comme reliquaire.

D’ailleurs, ce n’est que pendant l’année jubilaire que l’on peut entrer dans la basilique du Vatican par la porte de bronze. Une fois à l’intérieur, chaque centimètre carré de mur est recouvert de fresques ou de mosaïques dans une luxuriante exposition d’art comme peu d’autres.

Les musées du Vatican

Au pluriel, on les appelle les Musées du Vatican. On disitingue19 musée, parmi lesquels est l’une des plus grandes collections d’art aux origines les plus diverses du monde. Du Museo Pio, de l’appartement, de la galerie des chandeliers, de la galerie des cartes, du musée des flotteurs, de la chapelle Sixtine, du musée égyptien, du musée étrusque, des cours… pour finir dans la Sala Biga (sans oublier l’escalier en colimaçon).

Pour profiter au maximum de votre voyage au Vatican, il est préférable de réserver un billet ou une visite guidée. Le matin du dernier dimanche du mois, on peut profiter d’une visite gratuite, mais les files d’attente sont incroyables. Dans les deux cas, il existe plusieurs options : de la visite minimale de 90 minutes à la plus complète de 5 heures. Pendant cette période, vous passerez du bâtiment de réception moderne aux appartements du Vatican, dont la plus célèbre chapelle de l’histoire.

Voyage au Vatican : l’incontournable Chapelle Sixtine

Dès l’entrée dans les musées, plusieurs flèches et affiches dirigent les visiteurs vers ce qui est le but pour tous : la Chapelle Sixtine. Celle-ci est considérée comme la meilleure œuvre d’art historique de Michel-Ange. Avant d’arriver, il faut traverser des couloirs et des galeries, traverser des pièces, des cours et monter et descendre des escaliers, mais le voyage en vaut la peine.

Une fois à l’intérieur devant le voyageur, s’ouvre le paradis peint par Michel-Ange. Il est inutile de chercher la cheminée de la fumée. Celui-ci est seulement installé pour la célébration du conclave et est ensuite supprimé. Les cardinaux du monde entier viennent dans cette salle, convoqués par le camarlengo. À l’issue de leurs débats et de leurs votes, avec l’intervention divine du Saint-Esprit, le pape est élu et il porte l’habit dominicain dans la salle voisine.

Avant l’existence de la basilique actuelle, la cour du Vatican se réunissait déjà dans cette salle, qui doit son nom au pape Sixte IV. Les mesures de la chapelle reproduisent les dimensions du grand temple de Jérusalem construit par Salomon et détruit par les Romains peu après la résurrection du Christ.

Le sol de la chapelle est l’original, installé en 1400. Les peintures sur les murs ont été commandées à divers artistes de l’époque. La partie inférieure reproduit des rideaux. Dans la bande centrale on aperçoit des scènes bibliques de l’Ancien et du Nouveau Testament. Ci-dessus se trouvent les portraits de la succession des papes. Le plafond représentait à l’origine un ciel étoilé, mais Jules II a chargé Michel-Ange de restaurer la chapelle, et le miracle a été forgé.